Javascript désactivé. Ce site requiert Javascript pour être affiché correctement.
Interview - "J'aspire à un mode de vie plus simple et plus responsable"

27 Août 2020

Interview - "J'aspire à un mode de vie plus simple et plus responsable"

Karen est la plus jeune collaboratrice de Turningpoint. A 22 ans, elle est très engagée sur les questions écologiques. Diplômée de Sciences Po Paris, après un an en alternance, elle se lance comme free-lance et nous éclaire sur cette génération qu'elle incarne, qui bouleverse les codes du travail.

 

Quelles sont les valeurs qui te guident professionnellement ?

Les valeurs qui me tiennent le plus à cœur professionnellement sont la liberté et l'équilibre de vie pro/vie perso. Pourquoi se sentir obligée par le « Métro-boulot-dodo » ou par le présentéisme ou par le 9h30-18h30. Personnellement, je le refuse, car j'aspire à une vie de « nomade » en cohérence avec mes principes, à savoir une vie de voyages, d'aventures et de rencontres avec une empreinte écologique minimale. Car je crois que cet autre mode de vie est possible, certes plus simple, plus frugal.

 

Je vais dès la fin de mon alternance en début septembre tester un rythme de vie plus simple. Je ne cherche pas le profit. J'ai bien conscience que, ce choix peut poser des difficultés concrètes, comme l'accès à une bonne connexion internet. Je me suis beaucoup demandée si ce mode de vie serait compatible avec une activité professionnelle et si je pourrais continuer à développer de nouvelles compétences. Aujourd'hui, je suis plus confiante, notamment grâce au Covid. Le télétravail est devenu l'affaire de tous, quels que soient les domaines, et nous allons désormais vers de nouvelles façons de travailler.

 

Quelle est ton espérance pour les entreprises ?

Pendant ma recherche d'alternance l'an dernier, j'ai signé le Manifeste pour un réveil écologique. C'était une pétition en ligne des étudiants promouvant l'engagement en faveur de la transition écologique en choisissant des employeurs engagés en ce sens. Comme beaucoup de jeunes de ma génération, je crois que toute entreprise doit désormais avoir conscience de sa responsabilité et de l'impact de son business sur la société. Les objectifs de développement durable doivent être intégrés dans les réflexions et les prises de décision, les investissements et la politique, pour faire face à la crise écologique actuelle.

 

Le fait que Turningpoint soit certifié B-Corp et Ecovadis n'a fait que renforcer mon choix d'y réaliser mon alternance, c'était pour moi des critères déterminants. La dimension éthique, l'écologie humaine, la RSE sont ancrées dans l'ADN de Turningpoint. 

 

Comment ces principes influencent-ils ta vie personnelle ?

Mes convictions écologiques m'amènent à repenser mon mode de vie. Cela vaut pour mes déplacements, mes modes de consommation, la manière de me nourrir, de m'habiller... Je me projette donc vers des modes de consommation plus durables et responsables.

 

Prenons l'exemple de ma manière de voyager. Je fais ce qu'on appelle du Slow Travel. Je continue de voyager, mais en prenant mon temps et en faisant attention à l'impact de mon voyage. Je cherche à limiter mes déplacements en avion. Originaire de la Réunion, il m'est encore difficile de décider de ne plus m'y rendre en avion. Pour aller voir ma famille, je réfléchis donc à d'autres moyens de locomotion pour changer de continent. Un jour peut-être je m'y rendrais en cargo ou en faisait du bateau-stop, qui sait ? Même si cela peut prendre plusieurs mois, cela représente de nouvelles aventures possibles. Évidemment c'est plus long, mais personnellement je ne vois pas cela comme une contrainte, au contraire. Cela représente pour moi l'opportunité de faire de belles rencontres et de prendre le temps tout simplement.

 

Je me projette donc vers un mode de vie plus simple et plus lent. J'ai toujours été très inspirée par la célèbre citation de Gandhi « Sois le changement que tu veux voir dans le monde ». Je fais ces choix avant tout pour moi et espère que cela puisse aider au mieux les personnes autour de moi.

 

Je suis également sensible à l'écologie de la personne et à sa dimension spirituelle. Je crois à l'importance de notre responsabilité individuelle et à l'impact de nos paroles, nos gestes, nos pensées sur les autres. J'aspire donc à me développer personnellement pour être en meilleure interaction avec les autres. C'est pour cela que je me forme à l'écoute active par exemple.

 

C'est pourquoi je cherche à incarner ces convictions à travers mon activité professionnelle. Mon objectif est de mettre mes compétences (organisation, management, ressources humaines, gestion de projets, créativité, etc.) au service de projets à impact positif. Je reste convaincue que mon impact sera d'autant plus important que ces projets auront du sens pour moi.