Javascript désactivé. Ce site requiert Javascript pour être affiché correctement.
Comment les travailleurs font-ils face à leur vulnérabilité ?

11 Juin 2020

Comment les travailleurs font-ils face à leur vulnérabilité ?

Comment les travailleurs font-ils face à leur vulnérabilité lorsque la crise sanitaire les empêche de sortir de chez eux, les maintient à la maison ? Le TP LAB vous propose quelques pistes de réponse.

 

Ils étaient une vingtaine de participants à ce TP LAB : associés, coaches et experts Turningpoint, et un doctorant. Confinement oblige, c'est par écrans interposés qu'ils se sont retrouvés. Mais c'est avec un enthousiasme intact qu'ils ont échangé sur la vulnérabilité au travail dans ce contexte de crise.

 

A l'issue de cette session d'échanges, quelles sont les observations récurrentes ?

 

Tout d'abord, cette crise a pris tout le monde par surprise et a mis beaucoup d'entre nous dans un état bien naturel de sidération. Il y a une tragique réalité qui se déroule derrière nos murs, elle nous concerne tous et nous ramène à nos peurs premières.

 

Pour beaucoup, la transformation brutale du domicile en espace unique de vie et de travail met en contrainte l'accomplissement de la mission. Certains font comme si « de rien n'était » et poursuivent leur travail en gardant un rapport purement formel avec leurs collègues. Ils essayent d'oublier que la table de la cuisine remplace le bureau, que les enfants jouent autour d'eux et que la télévision tourne avec le son à fond. Et, peut-être, essaient-ils d'oublier autre chose.

 

Bien sûr, des dirigeants s'inquiètent pour l'avenir de leur entreprise. Chaque jour qui passe épaissit le brouillard de leur incertitude, ils craignent pour le maintien de leur activité, pour l'emploi de leurs salariés, pour leur propre situation.

 

Mais on observe également dans plusieurs entreprises, envers et contre tout, un leadership basé sur la concertation et la collaboration. Certains leaders admettent à voix haute leur incertitude, celle-là même que nous avons tous, et font appel à leurs collaborateurs pour continuer de bâtir une trajectoire commune.

 

La collaboration, c'est aussi la reconnaissance du collègue en tant que personne humaine avant tout. Même à distance, des moyens sont mis en place pour prendre soin de chacun, via l'aménagement d'horaires, la proposition de services, et surtout des espaces d'échanges. « Comment allez-vous ? » et « Prenez soin de vous » ne sont plus de simples formules de politesse.

 

Au-delà de la morosité qui nous étreint de prime abord, c'est donc bien l'espoir qui prévaut, et notre humanité qui reprend ses droits. Est-ce à dire que cela suffit à dompter notre peur d'une blessure possible ? Nous verrons cela une prochaine fois.